Powered by Morgan&Men SEO Consulting - Widget

Japanese Flip - Un œuf ou rien

Il y a beaucoup de cocktails dont le blanc d'œuf est un des ingrédients. On connait moins, de nos jours, ceux préparés avec un œuf entier. L’Eggnog est peut-être le plus célèbre et sans doute le plus ancien : son histoire remonte au moyen-âge. Pendant longtemps, il s’agissait d’un des petits plaisirs de l’aristocratie. En effet, l’Eggnog est élaboré à partir d’œufs, de lait, de sucre, d’épices et d’alcool. Rares étaient ceux qui non seulement mettaient la main sur tous les ingrédients mais pouvaient en plus se permettre de les utiliser pour une seule boisson… Avec la colonisation, l’Eggnog est passé aux Etats-Unis, où lui a été attribué un petit frère, le Flip. La seule différence ? Dans le Flip, pas de lait.

Certains cocktail bloggers anglophones participent chaque semaine ou presque au Mixology Monday. Un thème est proposé et cette fois-ci, il s’agissait du Flip. N’ayant jamais bu aucun cocktail de cette famille, je me suis penché ce qui était proposé et me suis décidé pour la recette soumise par Paul Clarke, de Cocktail Chronicles : le Japanese Flip.

Il s’agit d’un variation sur le Japanese Cocktail, probablement inventé par Jerry Thomas à l’occasion d’une visite new-yorkaise de la première légation japonaise aux États-Unis. Cognac, sirop d’orgeat, Boker’s bitters. Paul y introduit donc un œuf, ajoute un peu de sucre au sirop d’orgeat pour que celui-ci ressorte encore plus et nous recommande d’opter – si nous le désirons – pour des bitters plus épicés afin qu’ils ne soient pas noyés par les autres ingrédients. Nous nous sommes exécutés.

2 parts de bon Cognac (un VSOP fait toute la différence) 1 part de sirop d’orgeat 1 càc de sirop simple 2 traits de Bitter Truth Old Time Aromatic Bitters

Assembler dans un shaker, bien agiter le tout sans glaçons (pour une bonne émulsion et une meilleure intégration de l’œuf avec les liquides) ; ensuite, ajouter les glaçon et agiter avec force une dizaine de seconde. Servir dans un verre à cocktail, garnir avec un peu de muscade en poudre.

La première chose à signaler,  c’est sans doute la texture : onctueuse, presque moelleuse. En bouche, c’est d’abord l’amande du sirop d’orgeat et les noix qui ressortent, puis l’œuf et enfin le cognac accompagné d’une légère touche épicée apportée par les bitters (Paul avait sans doute raison : ils ne sont pas indispensables). Après la première gorgée, l’impression générale se fait plus claire : l’œuf donne du corps et fait ressortir le mélange cognac / orgeat – on pourrait même dire qu’il les met sur une plateforme. Le Japanese Flip a une véritable profondeur en bouche et laisse longtemps un très satisfaisant goût d’amande et de cognac. Cela nous rappelle vaguement le masse-pain et peut-être même un pudding. Un très beau flip qu’on se refera.

François Monti est journaliste spécialisé en cocktails et spiritueux. Il collabore régulièrement à Ginger Magazine et à Havana Cocteles, ainsi qu'à de nombreuses publications. Après la pamphlet 'Prohibitions' en 2014, il publie au printemps 2015 '101 Cocktails'. En Espagne, il est l'auteur de 'El Gran Libro del Vermut'. Il est aussi traducteur. Son blog, Bottoms Up, est un site de référence. Il est aussi membre fondateur de la revue littéraire Fric Frac Club et a traduit plusieurs livres.

*

François Monti es un periodista y escritor belga afincado en Madrid. Colabora en la revista francesa Ginger y en la web Havana Cocteles. Su primer libro en castellano es 'El Gran Libro del Vermut' Ha publicado en Francia 'Prohibitons' y '101 Cocktails'. Lleva el blog Bottoms Up en dos idiomas y escribe para Coctelería Creativa. Es también traductor.