Powered by Morgan&Men SEO Consulting - Widget

Le dernier mot sur le Final Ward

Il y a quelques semaines je vous parlais de la Chartreuse (la verte, pour être précis). Les deux recettes soumises peuvent faire penser à un classique qui a refait surface ces dernières années: le Last Word. En effet, le Rubicon se base aussi sur le maraschino, la chartreuse et le gin (mais remplace le citron vert par du citron), tandis que si le Beuser & Angus Special laisse tomber le gin, il utilise bien le citron vert, le maraschino et la chartreuse. Le Last Word n’est pas un cocktail pour débutants : beaucoup de chartreuse et beaucoup de maraschino, ça laisse un marque que les gens qui arrivent au monde du cocktail auront sans doute du mal à accepter. Mais le travail vaut la peine : le résultat, s’il surprend, est vraiment bon, même s’il a souvent tendance à être servi trop acide.

The Last Word * 2 cl de Gin * 2 cl de Chartreuse verte * 2 cl de Maraschino * 2 cl de Citron vert

On shake bien sur glace et puis on verse dans un joli verre et on se dit : ah que c’est bien de boire ce qu’on buvait en pleine prohibition...

En jetant un œil l’autre jour sur la page wikipedia du Last Word, j’y ai trouvé la recette d’une variation moderne. Sur papier (hmm, sur écran…), ce n’était pas nécessairement séduisant mais le créateur travaille au fameux Death & Company de New York, ce qui est quand même une sacré référence. En fouillant les entrailles du web, j’ai trouvé ici et là des traces du passage de ce cocktail, toujours applaudi et même parfois admis dans la catégorie très select des variations meilleures que les originaux. Mesdames et messieurs, Phil Ward nous offre le Final Ward.

* 2 cl de Rye * 2 cl de Chartreuse verte * 2 cl de Maraschino * 2 cl de Citron

On remplace le gin par du rye, le citron vert par du citron et on shake très bien sur glace et puis on verse dans une élégante coupette bien froide.

Le rye et le citron, ça marche souvent très bien et c'est encore le cas. Si dans le Last Word, on sent parfois un « combat » citron vert / maraschino pour l’équilibre général, ici c’est le rye et le citron qui s’amuse très harmonieusement. La combinaison trouve le parfait équilibre pour laisser la chartreuse marquer le cocktail de son empreinte. Elle ressort très bien mais sans que ce soit exagéré. Le maraschino est en retrait, mais ce n’est pas plus mal : je trouve que c’est une liqueur qui fonctionne mieux pour donner une petit touche de subtilité supplémentaire que quand elle essaie de prendre le pouvoir. Une fantastique variation qu'on fera sans doute plus souvent que l'original.

François Monti est journaliste spécialisé en cocktails et spiritueux. Il collabore régulièrement à Ginger Magazine et à Havana Cocteles, ainsi qu'à de nombreuses publications. Après la pamphlet 'Prohibitions' en 2014, il publie au printemps 2015 '101 Cocktails'. En Espagne, il est l'auteur de 'El Gran Libro del Vermut'. Il est aussi traducteur. Son blog, Bottoms Up, est un site de référence. Il est aussi membre fondateur de la revue littéraire Fric Frac Club et a traduit plusieurs livres.

*

François Monti es un periodista y escritor belga afincado en Madrid. Colabora en la revista francesa Ginger y en la web Havana Cocteles. Su primer libro en castellano es 'El Gran Libro del Vermut' Ha publicado en Francia 'Prohibitons' y '101 Cocktails'. Lleva el blog Bottoms Up en dos idiomas y escribe para Coctelería Creativa. Es también traductor.