Powered by Morgan&Men SEO Consulting - Widget

Martini Corral: Round 2

Tout d'abord, mes excuses: plus d'un mois depuis le premier round, c'est inacceptable. Tout va maintenant s'enchaîner plus rapidement au Martini Corral. Les frères Clanton approchent; les Earp aussi. Ou, si vous préférez, les hommes de McQuown s'apprêtent à se faire flinguer par Clyde Blaisedell, comme dans Warlock, le grand roman d'Oakley Hall. Aujourd’hui donc, le second round… Pour rappel, il s’agit de comparer deux gins dans un Martini sur base d’une recette fixe et de désigner ensuite un vainqueur qui passera au tour suivant. Autant vous le dire tout de suite: il y aura du favoritisme. 18 gins au départ, 10 gins au second tour mais... 6 passent en demi finale. Eh oui, une finale à deux, c'est triste comme la vie conjugale. Pourquoi ne pas épicer un peu nos nuits en se la jouant trio? 6 gins en demi, 3 gins en finale. Voilà qui s'annonce BIEN plus excitant.

*

L’introduction. Premier round, première partie Premier round, seconde partie

*

Les demis la semaine prochaine. Promis craché.

La recette fixe : 4 parts de gin pour 1 part de Noilly Prat sec et un trait de bitters d’orange ; remuer dans un verre à mélange ; servir dans un verre à cocktail ; garnir d’une olive.

Il ne s’agit pas de juger la qualité des gins. Un mauvais résultat indique seulement qu’à mon sens, ce gin n’est pas adapté pour un Martini ou en tout cas pas dans ces proportions-là. Seul, dans d’autres cocktails ou en G&T ? Il fonctionnera sans doute mieux.

*

Plymouth vs. Tanqueray Ten

Au premier tour, Plymouth avait eu la vie relativement facile, tandis que Tanqueray Ten avait été impliqué dans un duel qui s'était conclu sur un nul technique. Fallait-il s'attendre à moins de fraîcheur? La réponse, rapide, est négative. La classe du Ten ressort très vite: un superbe Martini où le gin brille. Il ne fait aucun doute que le Plymouth est un beau gin qui donne un Martini extrêmement agréable, mais là, il a dû rendre les armes: comparé au Ten, sa subtilité est moins évidente, il se fait plus pataud, plus lourd, trop basé sur le genévrier.

* Aviation vs. Citadelle

Citadelle avait été le camarade de ballet de Tanqueray Ten alors que l'Aviation était passé par défaut -- j'avais encore moins aimé son adversaire... De manière surprenante, l'Aviation Martini est moins désagréable que la première fois. Floral, plaisant, on se dit "pas mal, après tout". Le problème, c'est qu'il devient vite assez fatigant. Ce superbe gin n'est pas fait pour le Martini, en tout cas pas dans la recette choisie. Le Citadelle Martini est plus agressif et plus traditionnel -- même si cette impression est largement due à son adversaire du jour: l'étrangeté de l'Aviation met moins en évidence les particularités de Citadelle. Un très bon Martini qui n'a aucun mal à passer au second tour: l'adversaire avait un problème de condition et s'est vite fatigué.

* Martin Miller vs. Sipsmith

La star contre l'outsider. Pas de mystère: Martin Miller's est mon gin préféré, en G&T comme en cocktails ou, à première vue, en Martini. Pas d'erreur, sa classe est tout de suite évidente. Un gin floral qui ne fatigue pas, du genévrier pour ne pas trop s'éloigner des classiques, un équilibre parfait qui s'associe idéalement au vermouth. Le Sipsmith est plus proche des London Dry classiques mais son Martini conserve la variété remarquée au premier tour. Oui, c'est juniper-heavy, mais les agrumes sont bel et bien aux rendez-vous aussi. Ce gin est tellement beau que même si le MM Martini me semble meilleur que le Sipsmith Martini, Sipsmith est repêché au second tour.

* Hendrick’s vs. 209

Hendrick's n'avait même pas dû jouer au premier tour: son adversaire s'était écroulé au moment des hymnes. L'émotion... Il était donc frais et dispo et nous a offert son plus beau profil: le concombre donne un teint splendide à la peau et la rose une petite touche de fraîcheur qui ressort clairement de la rencontre avec le vin et les herbes du vermouth ainsi que les notes orangées des bitters. Avec un poil plus d'épices, on se croirait presque à l'ombre des jardins de l'Alhambra un jour de mai. Les épices, c'est la spécialité de 209 avec sa forte présence de cardamone. Curieusement, elle se remarque moins qu'au premier tour, peut-être parce que le contraste, le duel est cette fois-ci différent. Par ailleurs, le genévrier est plus présent que chez Hendrick's mais le Martini est moins classique. Comme quoi, ce n'est pas juste la domination du genévrier qui détermine le profil général du gin. Hendrick's plus classique? Si on me l'avait dit avant de commencer... En vérité, 209 et Hendrick's nous donnent un superbe Martini mais c'est ce dernier qui passe. No hard feelings, j'espère: c'était un véritable combat de gentlemen.

* Whitley Neill vs. Junipero

Enfin, la dernière confrontation. Les deux adversaires étaient passés assez facilement, ce clash s'annonçait de titans. La confirmation dans les verres. La subtilité de Whitley Neill vs. le bulldozer Junipero. Cette description est caricaturale. Oui, Whitley Neill est plus facile, plus parfumé avec une plus forte présence des agrumes. Oui, Junipero est plus fort, plus méchant, plus agressif (pensez, il monte à 49,5°), plus gin. Mais le premier n'est pas une mauviette et le second n'est pas un vrai macho. Beaucoup de faux airs pour de vrais gins. Au bout du compte, je m'incline du côté Junipero Martini parce que quand vous le buvez vous vous dites "c'est à ça que doit ressemble un Martini". Et puis, ses épices piquent ce qu'il faut...

*

Un round vraiment difficile. Certaines décisions auraient pu tombé de l'autre côté un jour d'autre humeur. Les matchs gagnés par Martin Miller, Hendrick's et Junipero étaient particulièrement difficiles. J'ai sauvé Sipsmith pour avoir une plus grande variété au prochain tour. Les demis s'annoncent intéressantes, si vous me permettez d'en juger moi-même. Et cette fois-ci, pas de passe-droit. Tu perds? Six pieds sous terre. Au programme donc:

Tanqueray Ten vs. Hendrick's Citadelle vs. Sipsmith Martin Miller vs.  Junipero

François Monti est journaliste spécialisé en cocktails et spiritueux. Il collabore régulièrement à Ginger Magazine et à Havana Cocteles, ainsi qu'à de nombreuses publications. Après la pamphlet 'Prohibitions' en 2014, il publie au printemps 2015 '101 Cocktails'. En Espagne, il est l'auteur de 'El Gran Libro del Vermut'. Il est aussi traducteur. Son blog, Bottoms Up, est un site de référence. Il est aussi membre fondateur de la revue littéraire Fric Frac Club et a traduit plusieurs livres.

*

François Monti es un periodista y escritor belga afincado en Madrid. Colabora en la revista francesa Ginger y en la web Havana Cocteles. Su primer libro en castellano es 'El Gran Libro del Vermut' Ha publicado en Francia 'Prohibitons' y '101 Cocktails'. Lleva el blog Bottoms Up en dos idiomas y escribe para Coctelería Creativa. Es también traductor.