Powered by Morgan&Men SEO Consulting - Widget

Martini Corral: and the winner is...

Très vite, le gin n° 1 a pris la tête. Une de mes collaboratrices, pas amatrice de Martini en général, s’avouait surprise : « Vraiment très bon. Pas aussi fort que dans mon souvenir, l’alcool ne brûle pas ».  Le second avait plus de mal à faire l’unanimité. À ce stade, aucune des trois Martini ne me semblait mauvais, mais il y avait dans celui-ci un quelque chose indéfinissable qui ne me convainquait pas. Le troisième me plaisait plus : le genévrier plus en avant, moins équilibré que le premier, peut-être, mais impeccable quand même. D’ailleurs, la collaboratrice que je viens de mentionner disait que même s’il était plus fort (ma lecture : un gin plus traditionnel, un Martini plus sec), il avait un très beau profil en bouche et passait très bien.

Après un premier vote, il n’y avait pas d’unanimité : aucun des gins ne recevait toutes les voix. Nous avons donc éliminé le gin n° 2, moins populaire, dont l’identité a ensuite été dévoilée : Hendrick’s. Très honnêtement, même s’il s’agit d’un excellent produit, je ne m’attendais pas à sa présence en finale. Je ne pense pas que le Martini est le meilleur cocktail pour le faire briller.

Au second tour, il ne restait donc que deux gins. Cette fois-ci, l’unanimité fut vite atteinte. Tout le monde était d’accord sur la qualité des deux Martini. Il s’agissait juste de choisir le meilleur. Même la personne qui avait opté, au premier tour, pour le gin n°3 a fini par choisir, comparés l’un contre l’autre, le gin n°1 comme vainqueur. Moins traditionnel, sans aucun doute, mais pas non plus trop aventureux. Ceux qui ont suivi cette petite aventure doivent se douter de qui a flingué son rival : Martin Miller est le vainqueur.

Pour ma part, au-delà des maths, je préfère penser que Sipsmith et Martin Miller sont les deux lauréats. Pour les traditionnalistes ou les jours où j’ai envie de classique, Sipsmith aura la préférence. Le reste du temps et pour le reste des buveurs, Martin Miller est fermement installé au point où se rencontrent qualité, tradition et innovation. Un Martini absolument fantastique.

MARTIN MILLER

SIPSMITH

   HENDRICK'S

 *

Pour rappel:

L’introduction. Premier round, première partie Premier round, seconde partie Second round Demis (ou tiers)

*

La recette fixe : 4 parts de gin pour 1 part de Noilly Prat sec et un trait de bitters d’orange ; remuer dans un verre à mélange ; servir dans un verre à cocktail ; garnir d’une olive.

Il ne s’agit pas de juger la qualité des gins. Un mauvais résultat indique seulement qu’à mon sens, ce gin n’est pas adapté pour un Martini ou en tout cas pas dans ces proportions-là. Seul, dans d’autres cocktails ou en G&T ? Il fonctionnera sans doute mieux.

*

François Monti est journaliste spécialisé en cocktails et spiritueux. Il collabore régulièrement à Ginger Magazine et à Havana Cocteles, ainsi qu'à de nombreuses publications. Après la pamphlet 'Prohibitions' en 2014, il publie au printemps 2015 '101 Cocktails'. En Espagne, il est l'auteur de 'El Gran Libro del Vermut'. Il est aussi traducteur. Son blog, Bottoms Up, est un site de référence. Il est aussi membre fondateur de la revue littéraire Fric Frac Club et a traduit plusieurs livres.

*

François Monti es un periodista y escritor belga afincado en Madrid. Colabora en la revista francesa Ginger y en la web Havana Cocteles. Su primer libro en castellano es 'El Gran Libro del Vermut' Ha publicado en Francia 'Prohibitons' y '101 Cocktails'. Lleva el blog Bottoms Up en dos idiomas y escribe para Coctelería Creativa. Es también traductor.