Powered by Morgan&Men SEO Consulting - Widget

Un Martini différent avec an unusual gin

Lors de mon Martini Showdown de l’an dernier, certains gins passèrent rapidement à la trappe alors qu’il s’agissait d’excellents produits. Comme je l’avais précisé à l’époque, le problème n’avait rien à voir avec leurs qualités intrinsèques mais bien avec la recette choisie (pour rappel, 3 parts de gin pour 1 de vermouth sec et un trait de bitters d’orange). Mon intention était de faire suivre mon petit exercice comparatif par un post reprenant certains des gins vites éliminés et d’y proposer les excellentes variantes de Martini dans lesquelles ils brillaient. Le temps et la vie en avaient décidé autrement… Mais il n’est pas nécessairement trop tard. Prenons le G’Vine Floraison, par exemple. Le Martini classique préparé m’avait donné pas mal de fil à retordre alors que c’est un excellent – if unusual – gin. Je pense même que c’est le préféré de Madame. Il fait un excellent G&T et fonctionne très bien en cocktail. Mais comment en faire un  Martini ? Si je ne m’abuse, la page web G’Vine recommandait il y a quelques mois encore de se passer de vermouth et de shaker directement 6 cl de gin. Un Martini à la Churchill, dirait-on, sauf que le gin est un peu plus doux et bien plus floral qu’un London Dry classique. C’est d’ailleurs ce qui rend cette méthode intéressante : finalement, ce que l’on a fait c’est refroidir et diluer un peu le gin. Ses saveurs ressortent et c’est très bien. Mais pour faire notre Martini, nous voudrions au moins utiliser un second ingrédient. Il y a actuellement sur la page officielle de G’Vine deux recettes de Martini pour le Floraison. L’une d’elle est assez proche de la recette classique (avec du vermouth donc) mais fait appel en plus à un peu d’Esprit de June, une liqueur de raisin produite par la même maison. C’est une excellente idée: on trouve ainsi le lien entre Floraison et vermouth qui m’avait semblé déficient dans les proportions choisies pour le showdown. C’est cependant vers la seconde recette, le Martini 16, que mon attention a été attirée.

* 6 cl de G’Vine Floraison * 1,5 cl de Cognac

Au shaker, sur glace, verser dans un verre à cocktail, garnir de trois raisins

Inventée par le patron de G’Vine, j’avais déjà essayé cette recette lorsque je l’avais découverte dans le Gin Compendium de Gaz Regan (dans des proportions légèrement différentes). Il faudrait normalement utiliser un Cognac VSOP mais j’ai pour ma part préféré un Fine de Cognac. Une fois de plus, le shaker est préféré au verre à mélange afin de diluer l’alcool. La combinaison G’Vine (gin non pas de grains mais de raisins) et Cognac fonctionne très bien. C’est un Martini où le gin reste très présent ; le Cognac apporte une plus grande complexité. C’est sec, fort sec, mais les notes florales sont bel et bien là. En fait, le modèle de recette est le Smoky Martini (Gin + scotch) et je pense que le Cognac fonctionne aussi bien si pas mieux que le whisky.

La question que vous pouvez vous poser c’est : pourquoi maintenant ? Pourquoi revenir sur ces Martinis alternatifs un an après ? Eh bien, G’Vine vient de lancer la campagne 2012 de son Gin Connoisseur Program. Et pour la première fois, il y aura une épreuve de sélection en France (à Paris, le 23 avril). Lors des précédentes éditions, le candidat français avait bénéficié d’une wildcard en l’absence de préliminaire nationale. J’avais eu la chance d’assister l’an dernier à la sélection madrilène et, au fil du temps, de discuter avec quelques finalistes (dont le lauréat de l’an dernier) : je ne peux que vous encourager, si vous êtes bartender, à participer. D’autant plus que le prix (un beau cashprize, une provision de gin pour un an, voyages au Berlin Bar Convent et à Tales of the Cocktail…) vaut autant la peine que l’expérience. Les infos sur le site.

François Monti est journaliste spécialisé en cocktails et spiritueux. Il collabore régulièrement à Ginger Magazine et à Havana Cocteles, ainsi qu'à de nombreuses publications. Après la pamphlet 'Prohibitions' en 2014, il publie au printemps 2015 '101 Cocktails'. En Espagne, il est l'auteur de 'El Gran Libro del Vermut'. Il est aussi traducteur. Son blog, Bottoms Up, est un site de référence. Il est aussi membre fondateur de la revue littéraire Fric Frac Club et a traduit plusieurs livres.

*

François Monti es un periodista y escritor belga afincado en Madrid. Colabora en la revista francesa Ginger y en la web Havana Cocteles. Su primer libro en castellano es 'El Gran Libro del Vermut' Ha publicado en Francia 'Prohibitons' y '101 Cocktails'. Lleva el blog Bottoms Up en dos idiomas y escribe para Coctelería Creativa. Es también traductor.