Powered by Morgan&Men SEO Consulting - Widget

World Cocktail Week #7: Chrysanthemum Cocktail

Et Dieu se reposa au septième jour. Pas mégalomane pour un sou et beaucoup plus industrieux, pas de repos en cette septième (et avant-dernière) journée de notre World Cocktail Week, sauf peut-être pour mon pauvre foie qui voit d'un bon œil l'arrivée d'un cocktail dont l’ingrédient principal ne dépasse pas les 20°. Mais restons quelques instants avec dieu. Il y a une blague que vous connaissez peut-être. Ce que même l'histoire officielle des créationnistes ne dit pas, c'est que le monde créé, dieu s'intéressa aux pays. Il dit au Saint-Esprit qu'à chaque pays il accorderait une qualité et un défaut. Quand il arriva à la France, il lui accorda la beauté des paysages et la gastronomie. Le Saint-Esprit s'étonna de ce favoritisme et dieu, dans sa grande sagesse, lui répondit: "attends, je n'ai pas encore créé les Français". Nous, on rajouterait aux faveurs accordées à la France les spiritueux. Hormis l'Italie, aucun autre pays n'aura tant donné au monde du cocktail. (La conclusion a en tiré quant aux Français finalement surgis du doigt divin, je vous la laisse.) Notre préparation du jour est à 95% de composition bleu-blanc-rouge.

WCW #7: le Chrysanthemum Cocktail

Un commentateur demandait hier si après tant de temps passé entre le nord de l'Europe et les Indes orientales, il ne serait pas temps d'aller voir en Extrême-Orient. Non, au vu des ingrédients mais oui, au vu du nom: le chrysanthème est le symbole de la famille impériale du Japon. La recette serait apparue pour la première fois dans le Recipes for Mixed Drinks de Hugo Ensslin, publié en 1916. C'est un des finalement assez nombreux cocktail pré-prohibition où le vermouth est l'ingrédient principal.

  • 2 oz de vermouth sec
  • 3/4 oz de Bénédictine
  • 1/4 oz d'absinthe
  • 1 trait de bitters d'orange

Au verre à mélange sur glace, servir "up" dans un verre à cocktail, garnir d'un zeste d'orange

L'alcool est un très bon conducteur de saveur mais l'absence de spiritueux à forte gradation ne nuit en rien à la complexité du Chrysanthemum. Je pense que c'est la Bénédictine qui marque le plus. Il y a bien sûr une forte présence de l'anis, mais ce n'est pas excessif -- surprenant, au vu de la quantité non dédaignable d'absinthe. Mais le gros du travail se fait, comme toujours, dans la discrétion: le vermouth "contrôle", ne laisse ni la Bénédictine ni l'absinthe s'emparer du cocktail. C'est équilibré même si on tire vers la douceur et c'est bien sûr, les ingrédients ne trompent pas, complexe.

François Monti est journaliste spécialisé en cocktails et spiritueux. Il collabore régulièrement à Ginger Magazine et à Havana Cocteles, ainsi qu'à de nombreuses publications. Après la pamphlet 'Prohibitions' en 2014, il publie au printemps 2015 '101 Cocktails'. En Espagne, il est l'auteur de 'El Gran Libro del Vermut'. Il est aussi traducteur. Son blog, Bottoms Up, est un site de référence. Il est aussi membre fondateur de la revue littéraire Fric Frac Club et a traduit plusieurs livres.

*

François Monti es un periodista y escritor belga afincado en Madrid. Colabora en la revista francesa Ginger y en la web Havana Cocteles. Su primer libro en castellano es 'El Gran Libro del Vermut' Ha publicado en Francia 'Prohibitons' y '101 Cocktails'. Lleva el blog Bottoms Up en dos idiomas y escribe para Coctelería Creativa. Es también traductor.