Powered by Morgan&Men SEO Consulting - Widget

Classique Moderne: le Greenpoint

Entre le PDT, l’Artesian ou le Nightjar, on aurait parfois tendance à oublier le patriarche de la famille « Renaissance du Cocktail », le bien nommé Milk & Honey, ouvert à New York par Sasha Petraske en janvier 2000. A tout seigneur tout honneur, notre premier « classique moderne » nous vient de là et plus précisément du cerveau de Michael McIlroy, barman né à Belfast en 1982, New-Yorkais depuis 2005 et un des tauliers du Milk & Honey de cette date à sa toute récente fermeture le 31 décembre. Dans quelque mois, McIlroy et son collègue Sam Ross (un autre créateur de classiques modernes !) ouvriront dans le même espace l’Attaboy. Le Milk & Honey, quant à lui, devrait s’installer à une nouvelle adresse en août prochain.

Bref, revenons à nos moutons. En 2004, Vincenzo Errico (lui aussi du Milk & Honey), invente le Red Hook, un twist du Brooklyn nommé d’après un quartier de New York. Une mode vient de naître. Michael McIlroy embraie peu après et nomme le sien Greenpoint. Le Greenpoint a deux recettes et il m’est difficile de savoir qu’elle est la première. Les deux sont bonnes mais à mon sens une seule peut vraiment prétendre au statut de classique moderne. Celle que l’on trouve dans le livre du PDT et sur Saveur donne un bon cocktail mais il souffre de certains défauts du néo-speakeasy : une amertume trop prononcée, un cocktail pour un public bien défini. L’autre recette, celle que l’on trouve dans Time Out New York en 2009 et sur Liquor, est un pur délice. La voici :

Greenpoint

Greenpoint (Michael McIlroy):

* 60 ml de rye * 15 ml de Chartreuse jaune * 15 ml de vermouth rouge * 1 trait de bitters d’orange * 1 trait d’Angostura bitters

Au verre à mélange, servir ‘up’ dans un verre à cocktail et garnir d’un twist de citron.

Pour les ingrédients, c’est divin avec un Rittenhouse 100 et du Punt e Mes.

Si c’est un twist de Brooklyn, ça n’en a pas le goût et c’est même (sacrilège !) meilleur. Au-delà de ses qualités gustatives et de ses ingrédients relativement communs, le Greenpoint me plait aussi parce qu’en quelque sorte c’est un grand cocktail de 2005 qui aurait pu naître en 1895. En cela, c’est un symbole de l’ère néo-classique en provenance directe d’un des établissements qui a redonné au monde du bar le goût des classiques. On pourrait faire l’objection suivante : n’est-ce pas justement trop classique ? Vous avez la parole.

Cet article fait partie de la série « Classiques modernes » dont vous pouvez lire l’introduction ici. Pour développer cette série, nous avons besoin de votre aide : n’hésitez pas à nous signaler les recettes que vous considérez comme des classiques modernes en commentaire, sur Facebook ou par mail.

François Monti est journaliste spécialisé en cocktails et spiritueux. Il collabore régulièrement à Ginger Magazine et à Havana Cocteles, ainsi qu'à de nombreuses publications. Après la pamphlet 'Prohibitions' en 2014, il publie au printemps 2015 '101 Cocktails'. En Espagne, il est l'auteur de 'El Gran Libro del Vermut'. Il est aussi traducteur. Son blog, Bottoms Up, est un site de référence. Il est aussi membre fondateur de la revue littéraire Fric Frac Club et a traduit plusieurs livres.

*

François Monti es un periodista y escritor belga afincado en Madrid. Colabora en la revista francesa Ginger y en la web Havana Cocteles. Su primer libro en castellano es 'El Gran Libro del Vermut' Ha publicado en Francia 'Prohibitons' y '101 Cocktails'. Lleva el blog Bottoms Up en dos idiomas y escribe para Coctelería Creativa. Es también traductor.