Powered by Morgan&Men SEO Consulting - Widget

Le Gin Cocktail à la Louis Fouquet

Si je devais prendre une résolution de nouvelle année, ce serait sans doute de moins polémiquer mais je me rends compte, stupéfait, que trois des cinq articles les plus lus de 2013 sont des coups de gueule et que la proportion est à peu de choses près la même depuis le début du blog. Je risquerais de me retrouver à court de lecteur si je suivais cette idée. Mon défi serait donc plutôt d’arriver à vous intéresser à des sujets moins tapageurs (vous aimez beaucoup celui sur le Gin Tonic espagnol et celui sur les glaçons, apparemment). Mais pour lancer cette année, commençons doucement par une petite célébration discrète : les trois ans de Bottoms Up.

Si j’avais lancé ce blog sur le Plain (Holland) Gin Cocktail, j’avais célébré son premier anniversaire sur l’Improved (Holland) Gin Cocktail. Ces deux cocktails made in Thomas derrière nous, vers quelle idole du passé nous tourner ? Un des maux du cocktail européen actuel est peut-être qu’il continue à avoir les yeux encore trop rivés sur le modèle américain. C’est tout à fait compréhensible, mais j’aimerais insister, et c’est une de mes intentions de 2014, sur les autres traditions. Pourquoi diable les barmen européens ne se tournent pas vers la première génération de leurs compatriotes à être arrivée à maturité il y a presque un siècle ? Qui va revendiquer l’héritage du cocktail européen des années 20 et 30 ? A quand le premier bar ‘années folles européennes’ pour remplacer le dernier ‘faux bar clandestin style Newark, New Jersey’ ?

BARIANA-WEB
BARIANA-WEB

Pour ce troisième anniversaire, nous allons donc revenir sur le Gin Cocktail, mais version 1896, made in France par Monsieur Louis Fouquet. C’est en fait sa version de l’Improved Gin Cocktail; nous n’allons cependant pas pinailler sur les dénominations. Fouquet préfère la crème de noyaux et le curaçao à l’absinthe et au marasquin ; il laisse aussi tomber le sucre (le fond de l’ère – pun intended – étant déjà plus sec). La base du cocktail est un 'gin vieux'. Essayez avec un gin vieilli (Citadelle, par exemple) si vous voulez, j’opte pour ma part, comme pour les deux recettes précédentes, pour un genièvre.

IMG_2491
IMG_2491

* 60 ml de genièvre * 3 traits d’Angostura * Barspoon de crème de noyaux * Barspoon de curaçao Au verre à mélange, servir ‘up’ dans un verre à cocktail, garnir d’un zeste de citron.

Longue vie au cocktail européen et, oserais-je demander, à Bottoms Up.

François Monti est journaliste spécialisé en cocktails et spiritueux. Il collabore régulièrement à Ginger Magazine et à Havana Cocteles, ainsi qu'à de nombreuses publications. Après la pamphlet 'Prohibitions' en 2014, il publie au printemps 2015 '101 Cocktails'. En Espagne, il est l'auteur de 'El Gran Libro del Vermut'. Il est aussi traducteur. Son blog, Bottoms Up, est un site de référence. Il est aussi membre fondateur de la revue littéraire Fric Frac Club et a traduit plusieurs livres.

*

François Monti es un periodista y escritor belga afincado en Madrid. Colabora en la revista francesa Ginger y en la web Havana Cocteles. Su primer libro en castellano es 'El Gran Libro del Vermut' Ha publicado en Francia 'Prohibitons' y '101 Cocktails'. Lleva el blog Bottoms Up en dos idiomas y escribe para Coctelería Creativa. Es también traductor.