Powered by Morgan&Men SEO Consulting - Widget

La mort vous attendait: Absinthe Cocktail

La Première Guerre mondiale, une affaire vite réglée, pense-t-on, lorsque la France entre en guerre le 3 août 1914. Tellement vite, d'ailleurs, que le gouvernement français évacue Paris pendant 5 jours à partir du 29 août... Heureusement pour la République, les boches se foutent (une fois n'est pas coutume) de Paris et préfèrent essayer d'étouffer l'armée française. Comme on le sait, tout ce beau monde s'enfoncera dans les tranchées, ce qui n'empêchera pas les zeppelins fridolins de venir lâcher quelques bombes sur la capitale en janvier 1915. Le moral n'est pas au beau fixe et rappelle sans doute la dernière fois où les frisés sont venus défiler sur les Champs (ne dit-on pas que les arbres y ont été plantés pour qu'ils puissent claquer des bottes bien à l'abri d'un soleil que leur peau supporte mal?) en mars 1871. Or, il se trouve que quelques fins esprits avaient expliqué la déroute de l'armée française de Napoléon, troisième du nom, par son trop fort penchant pour l'absinthe. Quand le spectre moustachu à casque à pointe relève la tête, la fée verte, déjà malmenée au cours des 20 années qui précèdent, sait qu'elle va en prendre pour son grade. Et donc le 16 mars 1915, un mardi, les messieurs bien habillés du parlement votent l'interdiction de la production et de la commercialisation de l'absinthe. Le lendemain, c'est bel et bien fini - pour plus de 90 ans. Ceux que la fée verte ne tuait pas allaient donc pouvoir mourir, ivre de gros rouge qui tache, au bout de la baïonnette aiguisée avec un soin tout teuton par un souabe qui aurait certainement préféré traire sa vache. 

soldats_absinthe

Pour plus de détails sur cette histoire, je me permets de vous renvoyer vers 'Prohibitions'.

A nos moutons donc: l'Absinthe Cocktail. Comme tous les cocktails originaux (et même si celui date apparemment des années 1870), il s'agit simplement d'un spiritueux (l'absinthe dans ce cas-ci), de bitters, de sucre et d'eau. La recette que je vous propose ici vient de 'Famous New Orleans Drinks', guide référence en la matière, dont l'auteur s'appelle Stanley Clisby Arthur (première édition: 1937). Les Etats-Unis ayant dit 'bye bye' à l'absinthe en 1912, les recettes d'Arthur font appel à l'Herbsaint ou autres substituts. Nous avons la chance de pouvoir nous offrir le real deal

absinthe_cocktail

* 45 ml d'absinthe
* 5 à 10 ml de sirop simple (selon l'amertume de votre absinthe)
* 1 trait d'anisette
* 2 traits de Peychaud's Bitters
* 60 ml d'eau pétillante
Dans un verre à mélange rempli au 3/4 de glace pilée, verser tous les ingrédients. Remuer à l'aide de la cuillère jusqu'à ce que la boisson soit parfaitement refroidie. Filtrer dans un verre à cocktail préalablement rafraîchi.

On pourra préférer ajouter l'eau pétillante à la fin. Sans anisette et sans bitters mais préparé au shaker et servi dans un verre rempli de glace pilée, l'on obtient l'Absinthe Frappée. 

Pour plus de cocktails à l'absinthe, je vous recommande 'A Taste for Absinthe' de Winston Guthrie ou, pour les pernophiles, 'Absinthe Pernod' de Julien Escot. La mort vous attend.

amour_mort_absinthe

François Monti est journaliste spécialisé en cocktails et spiritueux. Il collabore régulièrement à Ginger Magazine et à Havana Cocteles, ainsi qu'à de nombreuses publications. Après la pamphlet 'Prohibitions' en 2014, il publie au printemps 2015 '101 Cocktails'. En Espagne, il est l'auteur de 'El Gran Libro del Vermut'. Il est aussi traducteur. Son blog, Bottoms Up, est un site de référence. Il est aussi membre fondateur de la revue littéraire Fric Frac Club et a traduit plusieurs livres.

*

François Monti es un periodista y escritor belga afincado en Madrid. Colabora en la revista francesa Ginger y en la web Havana Cocteles. Su primer libro en castellano es 'El Gran Libro del Vermut' Ha publicado en Francia 'Prohibitons' y '101 Cocktails'. Lleva el blog Bottoms Up en dos idiomas y escribe para Coctelería Creativa. Es también traductor.