Powered by Morgan&Men SEO Consulting - Widget

Le cas Spiritueux Magazine

La première fois que j’ai entendu parler de Spiritueux Magazine, c’était le 5 décembre 2012. Je venais de publier un article sur la prohibition et, le jour même, l’animateur de ce blog, un certain Frédéric Bourgoin, avait jugé bon de copier / coller l’intégralité de mon texte sur son site. Même si j’avais été crédité pour mon travail, le procédé était malheureux pour quatre raisons, au moins :

  1. Je n’écris pas pour Spiritueux Magazine
  2. Il n’y avait aucun lien vers mon article
  3. Je n’ai pas de licence autorisant la rediffusion de mon texte, il ne saurait donc être question d’une reproduction totale
  4. Les lecteurs qui découvrent l’article sur Spiritueux Magazine ne viendront pas le lire sur Bottoms Up : perte sèche de trafic, surtout quand la reproduction a lieu le même jour

Désagréable, mais j’avais alors mis ça sur le compte de la maladresse et d’un trop grand enthousiasme. Aujourd’hui, par contre, j’ai découvert ce qui ressemble à un plagiat maladroit : Spiritueux Magazine reprenait, parfois mot pour mot, un article de CocktailMolotov sur le calcul du « degré alcoolique des cocktails ». Au départ, aucune attribution. Devant les protestations de l’auteur, Frédéric Bourgoin rectifie (d’abord en bas de page, après les photos, avec une formule vague et sans toucher au texte, ensuite de façon un peu plus claire en plein texte) et rejette la faute sur ses collaborateurs (on ne demande qu’à le croire, même si on a des raisons de penser qu’il s’agit d’une aventure en solo).

La version 'originale' de l'article publié sur Spiritueux Magazine

Me penchant sur le reste de la production de Spiritueux Magazine, je suis bien forcé de constater qu’on est dans le plus pur copier / coller. Sur les 10 derniers articles où l’on trouve du texte, 7 sont des reprises intégrales ou partielles d’autres sources, 2 semblent originaux et 1 est douteux. Le 10 textes sont pourtant signés par ‘F.’ La plupart proviennent des communiqués de presse de diverses agences.

Alors, c’est quoi, Spiritueux Magazine ? Comparer la réalité avec l’entretien complaisant donné au ‘Top des blogs stylés’ (sic) de L’Express provoque une très franche hilarité.

La blogosphère du bar et des spiritueux est peu développée, et les quelques blogs sérieux existants sont souvent animés par des agences digitales vénales. Le blog Spiritueux Magazine se différencie des autres blogs par son indépendance, sa partialité, et son ton parfois désinvolte. Je ne publie pas sur un spiritueux ou un bar que je n’aime pas.
— Frédéric Bourgoin sur Spiritueux Magazine

Cher Frédéric, relayer en copier / coller les communiqués des marques, même celles qu’on aime, sans dire qu’il s’agit d’un texte publicitaire pondu par une agence, ce n'est pas être indépendant. C’est vendre la bonne soupe.

Sur la thématique cocktail je n’ai pas vraiment de blogs chouchous qui m’emballent. J’accorde plus de crédit et de temps à la presse professionnelle du bar.
— Frédéric Bourgoin sur les blogs cocktails

Cher Frédéric, on ne copie / colle pas les articles des autres, a fortiori quand on n’est pas emballé. Je ne sais pas quelle est votre ambition pour Spiritueux Magazine. Mais un conseil : si vous voulez, comme vous l’affirmez « créer un blog cultivant qui permette d’apprendre de façon ludique des détails techniques et historiques sur les spiritueux, le bar, et les cocktails », il serait peut-être temps de vous mettre à écrire vos propres textes, de fournir des informations valables et de cesser de confondre contenu et promotion. Maintenant, si la véritable ambition est de se faire inviter à gauche et à droite, de recevoir l’une ou l’autre bouteille et de se faire bien voir par les quelques agences qui pensent encore que la simple rediffusion d’un communiqué de presse suffit, eh bien : bravo, c’est bien joué. Mais peut-être faut-il alors être un peu plus humble…

Cette histoire est assez emblématique des liens problématiques qu’entretient le milieu des spiritueux avec les journalistes et les bloggers. Cette confusion fait apparemment aussi oublier à certains que tous les textes ne sont pas des communiqués à rediffuser à moindre frais. Derrière, il y a parfois de vrais auteurs qui bossent leurs textes et qui, oui, ça arrive, prennent le temps de faire des recherches personnelles. Frédéric, j’espère que vous en deviendrez un bientôt : on n’est pas assez.

François Monti est journaliste spécialisé en cocktails et spiritueux. Il collabore régulièrement à Ginger Magazine et à Havana Cocteles, ainsi qu'à de nombreuses publications. Après la pamphlet 'Prohibitions' en 2014, il publie au printemps 2015 '101 Cocktails'. En Espagne, il est l'auteur de 'El Gran Libro del Vermut'. Il est aussi traducteur. Son blog, Bottoms Up, est un site de référence. Il est aussi membre fondateur de la revue littéraire Fric Frac Club et a traduit plusieurs livres.

*

François Monti es un periodista y escritor belga afincado en Madrid. Colabora en la revista francesa Ginger y en la web Havana Cocteles. Su primer libro en castellano es 'El Gran Libro del Vermut' Ha publicado en Francia 'Prohibitons' y '101 Cocktails'. Lleva el blog Bottoms Up en dos idiomas y escribe para Coctelería Creativa. Es también traductor.