Powered by Morgan&Men SEO Consulting - Widget

Un gaz qui ne fait pas rire

C’était la mini polémique du week-end passé : le Daily Mail et le Sun avaient publié un article sur un distillateur londonien obligé d’évacuer ses installations car il avait produit, par accident, du gaz moutarde – alors qu’il essayait de produire un gin à la moutarde.

Face à un article qui menaçait de devenir viral, Sipsmith (la marque en question) et son master distiller Jared Brown ont rapidement démenti : il s’agissait d’une exagération grossière d’un événement d’il y a quatre ans. Tout simplement, ils avaient placé de la moutarde dans l’alambic mais, rapidement, une odeur très désagréable s’en était dégagée. Pas d’évacuation : arrêt de la distillation, ouverture des fenêtres et… basta. Les tabloïds, cela n’étonnera personne, avaient fait dans le sensationnel. Le Daily Mail a d’ailleurs retiré le sien de son site – il faut dire que le Guardian a rapidement publié un article moqueur rappelant que le gaz moutarde n’est pas fabriqué avec de la moutarde…

Journalistes à la recherche de buzz, donc ?  Oui, mais… Il se trouve que cette histoire a sa source dans le portrait de Kit Clancy, assistante distillatrice chez Sipsmith paru dans Time Out.

Jusqu’où peut-on aller dans la création de nouvelles saveurs bizarres ?

Très loin. (…) On a presque eu une catastrophe quand les gars ont essayé de faire un gin à la moutarde. Ce qu’ils ont produit c’était un gaz moutarde. La distillerie a été évacuée.


Certes, les journalistes n’ont pas brillé par leur travail de fact checking. Mais on ne peut s’empêcher de détecter une certaine naïveté de la part de l’employée de Sipsmith : oui, l’anecdote, exagération comprise, pouvait être amusante. Sauf que le monde des spiritueux ne manque pas d’ennemi, est toujours regardé avec méfiance et une certaine presse ne manquera aucune opportunité pour le dénoncer. L’alcool est dangereux. Il faut absolument éviter de le faire passer pour quelque chose d’encore plus dangereux. Même pour rire. Voilà peut-être la véritable leçon – et pas que les tabloïds font de la merde, puisqu’on le savait déjà. 

François Monti est journaliste spécialisé en cocktails et spiritueux. Il collabore régulièrement à Ginger Magazine et à Havana Cocteles, ainsi qu'à de nombreuses publications. Après la pamphlet 'Prohibitions' en 2014, il publie au printemps 2015 '101 Cocktails'. En Espagne, il est l'auteur de 'El Gran Libro del Vermut'. Il est aussi traducteur. Son blog, Bottoms Up, est un site de référence. Il est aussi membre fondateur de la revue littéraire Fric Frac Club et a traduit plusieurs livres.

*

François Monti es un periodista y escritor belga afincado en Madrid. Colabora en la revista francesa Ginger y en la web Havana Cocteles. Su primer libro en castellano es 'El Gran Libro del Vermut' Ha publicado en Francia 'Prohibitons' y '101 Cocktails'. Lleva el blog Bottoms Up en dos idiomas y escribe para Coctelería Creativa. Es también traductor.