Powered by Morgan&Men SEO Consulting - Widget

Aquavit

Aquavit o la buena vida

Para la primera receta de este blog, lo lógico hubiera sido elegir uno de esos cócteles que me gustan tanto: amargos, oscuros y removidos (bitters, brown and stirred). Pero prefiero optar por otro tipo de preparación con The Good Life, y esto por varias razones:

1)  Porque un buen cóctel en buena compañía es una buena definición de ‘La buena vida’ y de lo que quiere representar este blog.

2) Porque las temperaturas actuales nos empujan todavía hacia bebidas refrescantes y cítricas.

3)  Porque el destilado de base de este cóctel, el aquavit, está disponible en España pero casi no se utiliza… y me gusta fomentar el uso de productos menos conocidos.

He de decir que el aquavit no es un destilado fácil. Se podría definir como la ginebra escandinava – es un ‘vodka’ (ermm, alcohol neutro de grano o de patata) aromatizado con varias hierbas – pero sus sabores dominantes (comino, eneldo o alcaravea) no gustan a todo el mundo y, al contrario de la ginebra, no existen en el mercado productos más suaves o cítricos adaptados a todos los paladares.  Sin embargo, sí hay dos tipos de Aquavit: el blanco o taffel, en general no envejecido, mientras el aquavit noruego pasa por barrica, a veces de Jerez. Del primero, la marca Aalborg se puede encontrar en España, mientras del segundo tenemos la marca Linie en nuestras tiendas.

Consumido principalmente por los escandinavos en ocasiones especiales o con una cerveza en plan chaser, el aquavit se hizo más presente en el mundo del cóctel en los últimos años. Hubo, incluso, durante un par de años un bar neoyorquino donde, junto con el jenever holandés, el aquavit era el destilado estrella. The Good Life, nuestro cóctel del día, es una creación de Benjamin Schiller de cuando trabajaba en el Boka de Chicago. La verdad es que el jengibre y la lima ayudan a suavizar el aquavit.

img_1356.jpg

* 55 ml de aquavit * 30 ml de licor de jengibre Domaine de Canton * 20 ml de lima fresca * 15 ml de sirope de azúcar Demerara (o de azúcar normal) * 10 gotas (que no golpes) de bitters de naranja Llenar un coctelera de hielo, añadir los ingredientes y agitar enérgicamente. Colar en una copa de cóctel y decorar con piel de naranja exprimida.

Domaine de Canton es un gran licor pero es muy caro. Otros licores de jengibre (tal como el King’s Ginger, por ejemplo, o incluso productos caseros) pueden funcionar mediante, quizás, algún ajuste en las proporciones. En todo caso, merece la pena probar la receta. Ya veréis: life’s good.

François Monti est journaliste spécialisé en cocktails et spiritueux. Il collabore régulièrement à Ginger Magazine et à Havana Cocteles, ainsi qu'à de nombreuses publications. Après la pamphlet 'Prohibitions' en 2014, il publie au printemps 2015 '101 Cocktails'. En Espagne, il est l'auteur de 'El Gran Libro del Vermut'. Il est aussi traducteur. Son blog, Bottoms Up, est un site de référence. Il est aussi membre fondateur de la revue littéraire Fric Frac Club et a traduit plusieurs livres.

*

François Monti es un periodista y escritor belga afincado en Madrid. Colabora en la revista francesa Ginger y en la web Havana Cocteles. Su primer libro en castellano es 'El Gran Libro del Vermut' Ha publicado en Francia 'Prohibitons' y '101 Cocktails'. Lleva el blog Bottoms Up en dos idiomas y escribe para Coctelería Creativa. Es también traductor.



L'été, c'était vraiment la Good Life

On n’est pas encore tout à fait en septembre mais comme on n’est plus au collège, la cloche de la rentrée a déjà sonné. Histoire de regarder une dernière fois dans le rétroviseur et se rappeler comme la vie était belle durant l’été, une recette rapide pour relancer la machine. Trouvé dans The American Cocktail, un livre assez médiocre (dommage, d’autant plus que c’est édité par Imbibe, une excellente revue), The Good Life a illuminé les rares jours gris et rafraîchis les nombreux nuits étouffantes de juillet / août. Pourtant, on n’associe pas l’aquavit aux chaleurs et je ne suis pas certain que le créateur de ce drink (Benjamin Schiller du Boka à Chicago) l’ait conçu comme une potion désaltérante pour journée de grosse sueur. Malgré tout, à Casa Bottoms Up, c’est devenu le hit de la saison.

The Good Life

  • 1 ¾ oz d’aquavit
  • 1 oz de liqueur de gingembre Domaine de Canton
  • ¾ oz de jus de citron vert
  • ½ oz de sirop de sucre demerara (ou de sirop simple normal, mais le résultat est moins complexe)
  • 10 gouttes (pas traits !) de bitters d’orange

Verser les ingrédients dans un shaker, remplir de glaçons, agiter avec force et vigueur, verser « up » dans un verre à cocktail, garnir d’un zeste d’orange.

Aaaah, pas mal. Le plus frappant, c’est la note orangée des bitters sans trop d’amertume qui s’associe au gingembre. Comme si l’aquavit et ses épices avaient avalé l’amer bitter.

Préparez-vous tranquillement un Good Life. Vous verrez : il en appellera rapidement un deuxième, puis un troisième et ainsi de suite. Pendant ce temps, je prépare des semaines chargées : l’historiographie du cocktail (et ouais !), le cocktail hypnagogique (mais ouais !) et le Martinez (ouais ouais). On ne rigole pas.

François Monti est journaliste spécialisé en cocktails et spiritueux. Il collabore régulièrement à Ginger Magazine et à Havana Cocteles, ainsi qu'à de nombreuses publications. Après la pamphlet 'Prohibitions' en 2014, il publie au printemps 2015 '101 Cocktails'. En Espagne, il est l'auteur de 'El Gran Libro del Vermut'. Il est aussi traducteur. Son blog, Bottoms Up, est un site de référence. Il est aussi membre fondateur de la revue littéraire Fric Frac Club et a traduit plusieurs livres.

*

François Monti es un periodista y escritor belga afincado en Madrid. Colabora en la revista francesa Ginger y en la web Havana Cocteles. Su primer libro en castellano es 'El Gran Libro del Vermut' Ha publicado en Francia 'Prohibitons' y '101 Cocktails'. Lleva el blog Bottoms Up en dos idiomas y escribe para Coctelería Creativa. Es también traductor.



World Cocktail Week #5: Turf War

Puisque le Swedish punsch d'hier nous a mené en Scandinavie, quoi de plus logique, en ce cinquième jour de World Cocktail Week, que de rester dans le coin et essayer un cocktail à l'aquavit? Ma première rencontre avec l'aquavit est assez récente; elle ne fut pas très agréable: ayant acquis quelques jours plus tôt une bouteille d'Aalborg Akvavit, mon attention avait été attirée par une recette de old-fashioned (miel à la place du sucre, bitters de pamplemousse, etc). Imbuvable. J'ai heureusement eu l'occasion depuis de boire l'une ou l'autre concoction préparées avec cet alcool de carvi et je suis heureux d'annoncer qu'elles n'ont pas fini dans l'évier. Mais je ne pense pas que s'approche le jour où je m'enverrai des shots d'aquavit, rincés ou non à la bière, swedish style.

World Cocktail Week #5: le Turf War

Il y a à New York un bar sympathiquement nommé Vandaag (aujourd'hui en néerlandais) qui met en avant un certain nombre de produits du nord de l'Europe (la partie qui n'est pas encore en faillite). Bière, gin, genièvre et (donc) aquavit forment les quatre catégories principales de la carte des cocktails. Je ne sais pas à quelle lutte territoriale (Turf War) Katie Stipe pensait lorsqu'elle a nommé sa création, mais l'on dira que les ingrédients réconcilient nord et sud de l'Europe sans aucun désaccord et sans aucune faillite à l'horizon. L'avenir, je vous le dis, est rose tant qu'on passe par la booze...

  • 2 oz d'aquavit
  • 3/4 oz de Lillet blanc
  • 1 barspoon de maraschino
  • 1 trait d'absinthe
  • 1 trait de bitters d'orange

Sur glace, à la cuillère, au verre à mélange. Servir "up" dans un verre à cocktail rafraichi et garnir d'un twist de citron et d'une olive.

Les plus perspicaces auront remarqué qu'il s'agit d'une recette d'inspiration classique, elle pourrait sortir d'un livre du 19e siècle: marasquin, absinthe et bitters utilisés en très petites touches, vin fortifié... Le Lillet rend l'aquavit un peu plus rond, les autres ingrédients donnent plus de profondeur et de complexité. C'est un apéritif extrêmement plaisant, une alternative au sempiternel Martini d'avant dîner.

François Monti est journaliste spécialisé en cocktails et spiritueux. Il collabore régulièrement à Ginger Magazine et à Havana Cocteles, ainsi qu'à de nombreuses publications. Après la pamphlet 'Prohibitions' en 2014, il publie au printemps 2015 '101 Cocktails'. En Espagne, il est l'auteur de 'El Gran Libro del Vermut'. Il est aussi traducteur. Son blog, Bottoms Up, est un site de référence. Il est aussi membre fondateur de la revue littéraire Fric Frac Club et a traduit plusieurs livres.

*

François Monti es un periodista y escritor belga afincado en Madrid. Colabora en la revista francesa Ginger y en la web Havana Cocteles. Su primer libro en castellano es 'El Gran Libro del Vermut' Ha publicado en Francia 'Prohibitons' y '101 Cocktails'. Lleva el blog Bottoms Up en dos idiomas y escribe para Coctelería Creativa. Es también traductor.