Powered by Morgan&Men SEO Consulting - Widget

Cointreau

Le Luigi, un Bronx en mieux

Si le Bronx triomphe aux Etats-Unis avant 1910, c’est dans les années 20 qu’il s’impose partout en Europe. Complètement oublié aujourd’hui, un des cocktails les plus populaires des années folles, en tout cas à Londres, était d’ailleurs un twist du Bronx : le Luigi Cocktail. Présenté pour la première fois dans le ‘Cocktails, How to Mix Them’ de Robert Vermeire (1922), on le retrouve aussi dans le livre du Savoy.

Criterion_Restaurant_Theatre

Le Luigi Cocktail n’a pas été inventé par un barman mais bien par un restaurateur, Luigi Naintré. D’origine italienne, c’était une figure incontournable de la nuit londonienne, de 1910 à 1930. Flamboyant, élégant et surtout très, très bon manager, il fut d’abord à la tête du Romano’s, l’un des meilleurs italiens de la ville, avant de lancer le Ciro’s de Londres, night club précurseur mais vite fermé à cause des lois très restrictives de la première guerre mondiale (il rouvrira en 1919 et Harry McElhone y travaillera). Ensuite, Luigi a été chargé de redorer le blason du Criterion, emblème londonien depuis son ouverture en 1874 – c’est là qu’un certain Watson apprend qu’un monsieur Holmes cherche un flatmate – et dont le bar américain avait acquis ses lettres de noblesse sous la direction de Leo Engel, yankee d’origine allemande. Le barman choisi par Luigi ? Robert Vermeire. Il l’emmènera aussi pour sa dernière aventure : l’ouverture de l’Embassy Club, établissement le plus prestigieux de la ville où l’aristocratie et la bourgeoisie du monde entier venaient manger, danser et boire.

On ne sait pas où et quand Luigi a inventé son cocktail. En tout cas, il semble partir du Bronx, auquel il ôte le vermouth doux, remplace l’orange par un jus de mandarine qu’il renforce avec un peu de Cointreau. Personnellement, je ne suis pas amateur de Bronx – la faute au jus d’orange. Mais avec de la mandarine (ou de la clémentine), c’est une autre expérience et elle vaut vraiment la peine. Voici la recette originale :

Luigi_Cocktail

* 40 ml de gin
* 40 ml de vermouth français
* jus d’une demi mandarine / clémentine
* 1 càc de grenadine
* 1 trait de Cointreau
Verser tous les ingrédients dans un shaker rempli de glaçons, bien agiter et filtrer dans un verre à cocktail.

Comme toutes les recettes (ou presque) de l’époque, il convient d’ajuster les proportions. Pour le jus, compter 30 ml. On peut augmenter la quantité de gin à 50 ml et baisser un peu le vermouth. 1 cuillère à café de Cointreau plutôt qu’un trait, ce n’est pas mal non plus. S’il le faut vraiment, rajouter un peu de sucre (mais attention : mandarine et clémentine sont moins acides que les autres agrumes). Trouvez l’équilibre qui vous convient et vous verrez : le Bronx c’est bof, le Luigi c’est wow.

François Monti est journaliste spécialisé en cocktails et spiritueux. Il collabore régulièrement à Ginger Magazine et à Havana Cocteles, ainsi qu'à de nombreuses publications. Après la pamphlet 'Prohibitions' en 2014, il publie au printemps 2015 '101 Cocktails'. En Espagne, il est l'auteur de 'El Gran Libro del Vermut'. Il est aussi traducteur. Son blog, Bottoms Up, est un site de référence. Il est aussi membre fondateur de la revue littéraire Fric Frac Club et a traduit plusieurs livres.

*

François Monti es un periodista y escritor belga afincado en Madrid. Colabora en la revista francesa Ginger y en la web Havana Cocteles. Su primer libro en castellano es 'El Gran Libro del Vermut' Ha publicado en Francia 'Prohibitons' y '101 Cocktails'. Lleva el blog Bottoms Up en dos idiomas y escribe para Coctelería Creativa. Es también traductor.



Mauvais classique? Le cas du Side-Car

Chaque lecteur aura été confronté à pareille situation : commander des années plus tard une recette adorée au début de son parcours cocktail, c’est s’exposer à une déception. On en sait plus qu’à l’époque, les goûts changent, le palais évolue… Les raisons sont nombreuses. Et si le processus ne surprend pas quand le cocktail en question est un Cosmopolitan et que vous êtes passés depuis au Old Fashioned (votre série préféré n’étant plus la même qu’il y a dix ans), le choc est bien plus grand quand la victime de ce changement est ce que vous pensiez être un classique impérissable.

Le Side-Car est un des cocktails les plus faciles à faire quand vous débutez : au shaker, trois ingrédient en proportions égales (si vous suivez l’école française). C’est bon, en plus. Sauf qu’il y a quelques semaines, je suivais un « débat » sur les cocktails surestimés, et le Side-Car revenait à de nombreuses reprises. Surpris, je ne pouvais en rester là. D'autant plus que le doute s'installait: je n'en avais plus bu depuis au moins deux ans. Vite fait bien fait, je prépare la version qu’il m’a fallu tant de temps pour mémoriser (un très compliqué « 3 cl de cognac, 3 cl de triple sec, 3 cl de jus de citron »). Stupéfaction : ce n’est pas bien, vraiment pas bien, et ce quel que soit le triple sec utilisé (Cointreau ou Merlet). Même avec un curaçao, rien ni fait. Le cognac est, à mon sens, complètement perdu. Va donc pour la recette en proportions 4 – 2 – 1. Le cognac est bien là, mais le triple sec reste trop présent. Avec le Merlet, le résultat est même catastrophique. Autre possibilité : 2 – 1 – 1. Ici, c'est le Merlet qui fonctionne mieux. Mais le cocktail est généralement plutôt ennuyant. On en était à 12 Side-Car, je ne voyais plus très clair mais le trouble ne m’empêcha pas de distinguer la solution : plus de cognac (plus on boit, plus on veut boire, n’est-ce pas ?). 3 – 1 – 1. Trois Side-Car plus tard, j’avais enfin la bonne recette. Pas un cocktail fabuleux mais un très bon cocktail, un parfait digestif qui fonctionne presque aussi bien avec du triple sec Merlet ou du curaçao qu’avec du Cointreau. D’autant plus si on rajoute un peu de sirop simple. Vous me direz, rajouter du sirop dans un Side-Car, ce n’est plus un Side-Car. Certes. Mais si Jim Meehan peut se le permettre (voir son bouquin), vous aussi vous pouvez ! D'autant plus s'il s'agit de sauver un classique...

Un mot sur les origines du Side-Car. Il s’agit bien évidemment d’un des cocktails vampirisés par le Harry’s Bar. Dans les années ’40, David Embury évoque une création d’un « ami parisien ». Pourtant, aussi tard qu’en 1927, Harry MacElhone lui-même attribue le Side-Car à MacGarry du Buck’s Club de Londres. Serait-ce donc un cocktail anglais ? Ce n’est peut-être pas si clair que ça : en 1922, Robert Vermeire parle d’un cocktail « très populaire en France. (…) introduit à Londres  par MacGarry ». La formulation laisse ouverte bien des possibilités. La seule certitude semble être que le Side-Car n’a pas été inventé par Harry… Quant au nom, les légendes abondent. La plus connue veut que le cocktail avait été préparé pour le première fois pour un officier de la première guerre mondiale qui se rendait à son bar préféré en side-car. Dans Famous New Orleans Drink, Stanley Clisby Arthur parle d’un barman qui, perturbé par l’accident subi par son sidecar, aurait mélangé sans le vouloir trois commandes : un cognac, un Cointreau et un jus de citron. Encore plus improbable, une variation de la première version avance qu’un militaire à qui on avait servi un cognac imbuvable à la fin du repas y mélangea les restes de sauce de sa crêpe Suzette. Qui sait ? Dans le monde du bar, plus l’histoire est improbable, plus elle a du succès.

  • 60 ml de Cognac VSOP
  • 20 ml de Cointreau
  • 20 ml  de jus de citron
  • Sirop simple à votre goût

Au shaker sur glace, servir up dans un verre à cocktail au bord givré avec du sucre en poudre.

François Monti est journaliste spécialisé en cocktails et spiritueux. Il collabore régulièrement à Ginger Magazine et à Havana Cocteles, ainsi qu'à de nombreuses publications. Après la pamphlet 'Prohibitions' en 2014, il publie au printemps 2015 '101 Cocktails'. En Espagne, il est l'auteur de 'El Gran Libro del Vermut'. Il est aussi traducteur. Son blog, Bottoms Up, est un site de référence. Il est aussi membre fondateur de la revue littéraire Fric Frac Club et a traduit plusieurs livres.

*

François Monti es un periodista y escritor belga afincado en Madrid. Colabora en la revista francesa Ginger y en la web Havana Cocteles. Su primer libro en castellano es 'El Gran Libro del Vermut' Ha publicado en Francia 'Prohibitons' y '101 Cocktails'. Lleva el blog Bottoms Up en dos idiomas y escribe para Coctelería Creativa. Es también traductor.



Bloomsday sippin'

Il se trouve donc que nous sommes le 16 juin, c'est-à-dire Bloomsday. Un toast pour James Joyce, un toast pour Ulysses. Histoire de bien saisir les tournures les plus obscures du mythique bouquin, vous serez bien d'accord qu'un petit verre d'alcool ne peut que vous aider. Je vous propose donc de vous préparer ce soir un cocktail de Gaz Regan, adapté de l'Oriental Cocktail (whisky irlandais utilisé par erreur au lieu de rye). Il s'appelle, bien entendu, le James Joyce. Et, ma foi, ça vaut le détour...

*  1,5 oz de whisky irlandais * 3/4 de vermouth doux * 3/4 de Cointreau * 1/2 de jus de citron vert Au shaker, dans un verre à cocktail, avec une cerise pour garnir. 

...and yes I said yes I will Yes.

François Monti est journaliste spécialisé en cocktails et spiritueux. Il collabore régulièrement à Ginger Magazine et à Havana Cocteles, ainsi qu'à de nombreuses publications. Après la pamphlet 'Prohibitions' en 2014, il publie au printemps 2015 '101 Cocktails'. En Espagne, il est l'auteur de 'El Gran Libro del Vermut'. Il est aussi traducteur. Son blog, Bottoms Up, est un site de référence. Il est aussi membre fondateur de la revue littéraire Fric Frac Club et a traduit plusieurs livres.

*

François Monti es un periodista y escritor belga afincado en Madrid. Colabora en la revista francesa Ginger y en la web Havana Cocteles. Su primer libro en castellano es 'El Gran Libro del Vermut' Ha publicado en Francia 'Prohibitons' y '101 Cocktails'. Lleva el blog Bottoms Up en dos idiomas y escribe para Coctelería Creativa. Es también traductor.