Powered by Morgan&Men SEO Consulting - Widget

Lillet

Kina L’Aéro d’Or: l'apéro quinine

Qu’est-il arrivé au Kina Lillet de vos grands-parents (voire de vos arrière-grands-parents) ? Je prie ceux qui connaissent déjà la réponse – et on espère qu’ils sont nombreux – de se taire et, s’ils le désirent, de passer au paragraphe suivant. Selon le site de Lillet, le Kina a disparu du nom de la bouteille de pépé dans les années 60 / 70. Toujours selon Lillet, en 1985, le packaging change lui aussi. Mais les amateurs de cocktail savent (ou pensent savoir, car la marque dément) depuis longtemps que le Kina Lillet était plus amer (Kina qualifiant des apéritifs amers à base de quinine) que le Lillet et que 1985 a aussi vu un changement dans le liquide (ce que confirmait d’ailleurs encore il y a quelques années le site officiel). Le Lillet blanc actuel est un excellent produit, particulièrement délicieux on the rocks avec un quartier d’orange. Il est parfait dans les cocktails classiques. Mais le barman est un être inquiet et quand on lui dit que lesdits cocktails ont été inventés avec un produit plus amer, eh bien, il veut essayer.

Kina_comparatif

On a suggéré plusieurs solutions pour re-quininiser le Lillet. Certains proposent d’y infuser de la quinine, d’autres de rajouter une goutte ou l’autre de bitters. Mais il y a d’autres possibilités. Jusqu’ici, la plus populaire d’entre elles était d’utiliser le Cocchi Americano, un apéritif qui fait penser au Lillet en plus amer. Mais le Lillet ancien devait son amertume à la quinine, tandis qu’un Americano la doit, selon les régulations de l’UE, à la gentiane et à l’absinthe. Un autre candidat est le vermouth Mancino blanc que le producteur présente lui-même plus comme un Kina qu’un vermouth type Chambéry. Si c’est vrai que la quinine est bien présente, c’est l’absinthe qui reste le trait dominant.

Et donc, comment avoir quelque chose qui ressemble vraiment à un Lillet boosté à la quinine ? La seule véritable solution que je connaisse est apportée par les artistes de Tempus Fugit qui proposent avec Kina L’Aéro d’Or ce qu’ils appellent un Kina de style Alpes-Provence. Une base de vin blanc italien est infusée avec, bien entendu, de la quinine et des écorces d’orange, mais aussi d’autres épices. Le résultat est absolument splendide. L’amertume est vraiment maitrisée. Seul regret, peut-être : bu seul, c’est un peu trop doucereux pour moi. Mais comparé avec les trois produits cités plus haut, L’Aéro d’Or brille vraiment : plus gourmand que le Cocchi, moins agressif que le Mancino et plus ample que le Lillet.

En cocktail, j’aime déjà beaucoup le Corpse Reviver #2 ou un 20th Century Cocktail préparé avec un Lillet classique. Mais que dire de la version Aéro d’Or ? Le 20th Century, inventé par un certain C.A. Tuck en Angleterre dans les années 30, bénéficie particulièrement du traitement : l’alliance avec le cacao est sublime (et encore plus, on imagine, si vous utilisez la crème de cacao de Tempus Fugit).

20th Century Cocktail déguisé en Corpse Reviver 2?

20th Century Cocktail déguisé en Corpse Reviver 2?

20th Century Cocktail

* 40 ml de gin
* 20 ml de crème de cacao
* 20 ml de Kina L’Aéro d’Or
* 20 ml de jus de citron frais
Verser tous les ingrédients dans un shaker rempli de glaçons, agiter puis filtrer dans un verre à cocktail.

Un autre cocktail à essayer / comparer est le moins connu Kina Cocktail, tiré du livre du Savoy. Harry Craddock a été un des premiers à utiliser le Kina Lillet en cocktails et vous trouverez donc dans son livre de nombreuses sources d’inspiration. Le Kina Cocktail fait penser à une sorte de Martinez sans marasquin, plus sur l’orange, et où les bitters sont remplacés avec succès par l’amertume de notre Kina. Impossible de penser que ce cocktail aurait le même équilibre avec du Lillet ‘normal’.

KIna_Cocktail

Kina Cocktail

* 40 ml de gin
* 20 ml de  Kina L’Aéro d’Or
* 20 ml de vermouth doux (de préférence Punt e Mes, si l’amertume ne vous fait pas peur)
Verser tous les ingrédients dans un verre à mélange rempli de glaçons, mélanger à la cuillère puis filtrer dans un verre à cocktail.

Que l’on recrée des produits disparus est fascinant mais pour que ce soit un succès complet, il faudrait que l’on s’en serve aussi pour inventer de nouveaux cocktails. J’attends vos recettes…

La sublime étiquette de Kina L'Aéro d'Or (quand il s'appelait encore Avion d'Or)

La sublime étiquette de Kina L'Aéro d'Or (quand il s'appelait encore Avion d'Or)

François Monti est journaliste spécialisé en cocktails et spiritueux. Il collabore régulièrement à Ginger Magazine et à Havana Cocteles, ainsi qu'à de nombreuses publications. Après la pamphlet 'Prohibitions' en 2014, il publie au printemps 2015 '101 Cocktails'. En Espagne, il est l'auteur de 'El Gran Libro del Vermut'. Il est aussi traducteur. Son blog, Bottoms Up, est un site de référence. Il est aussi membre fondateur de la revue littéraire Fric Frac Club et a traduit plusieurs livres.

*

François Monti es un periodista y escritor belga afincado en Madrid. Colabora en la revista francesa Ginger y en la web Havana Cocteles. Su primer libro en castellano es 'El Gran Libro del Vermut' Ha publicado en Francia 'Prohibitons' y '101 Cocktails'. Lleva el blog Bottoms Up en dos idiomas y escribe para Coctelería Creativa. Es también traductor.



De bulles et de dancing shoes (mexicaines)!

Ce n'est pas parce que tout le monde le fait qu'on va se priver. Oui, c'est le premier des 3 jours en une semaine où personne ne peut survivre sans sa petite coupe de champagne. C'est l'heure du rush sur les recettes pleines de bulles. Rapidement parce qu'on n'a pas vraiment le temps d'écrire et vous n'avez pas vraiment le temps de lire (trop occupés que vous êtes à cuisiner, vous faire beau, vous faire belle, emballer vos cadeaux, que sais-je encore...), deux recettes remarquées ces dernières semaines. En espérant qu'elles vous inspireront.

*

IMG_1520

Mexicano

  • 4 cl de tequila reposado
  • 2 cl de Gran Classico Bitters
  • Champagne
  • 3 rondelles de concombre

Ecrasez le concombre avec un pilon dans le verre à mélange. Ajouter les spiritueux et les glaçons, remuer à la cuillère puis verser dans une coupe de champagne. Remplir la coupe avec 6 cl de champagne. Décorer d'un twist de citron.

Le Mexicano est une recette de Jim Meehan. Si combiner tequila et concombre ou tequila et amer (le Gran Classico est un lointain cousin -- ou ancêtre -- du Campari, en plus mielleux, moins amer et... moins rouge) n'est pas surprenant, c'était pour ma part la première fois que j'essayais tequila et champagne. Le mélange fonctionne bien, pour autant que vous n'ayez pas d'objection à mélanger votre Moët avec le côté végétal de l'agave et l'amertume du Gran Classico.

IMG_1521

Dancing Shoes

  • 3 cl de Plymouth Gin
  • 1,5 cl de Cocchi Americano
  • 0,75 cl de vermouth rouge
  • 2,25 cl de jus de citron
  • 2,25 cl de sirop simple
  • champagne

Verser tous les ingrédients sauf le champagne dans un shaker, ajouter les glaçons et agiter avec force. Verser dans une flûte à champagne et remplir de... champagne. Garnir d'un twist de citron.

Evidemment, c'est Noël, on n'est pas non plus là pour s'emmerder donc: pas de Plymouth, pas grave; pas de Cocchi Americano, utiliser du Lillet et, peut-être, un trait de bitters Angostura; pas de Carpano Antica Formula -- le vermouth d'origine --, prenez un autre vermouth tant qu'il est rouge et qu'il a du goût... On peut même remplacer le twist de citron par un twist d'orange, ce qui accentuera d'autant plus la saveur orangée si vous utilisez le Lillet. C'est bien, ça se boit facilement, ce n'est pas trop complexe mais c'est savoureux et ça nous vient du Blood & Sand, un bar privé de St Louis, Missouri.

François Monti est journaliste spécialisé en cocktails et spiritueux. Il collabore régulièrement à Ginger Magazine et à Havana Cocteles, ainsi qu'à de nombreuses publications. Après la pamphlet 'Prohibitions' en 2014, il publie au printemps 2015 '101 Cocktails'. En Espagne, il est l'auteur de 'El Gran Libro del Vermut'. Il est aussi traducteur. Son blog, Bottoms Up, est un site de référence. Il est aussi membre fondateur de la revue littéraire Fric Frac Club et a traduit plusieurs livres.

*

François Monti es un periodista y escritor belga afincado en Madrid. Colabora en la revista francesa Ginger y en la web Havana Cocteles. Su primer libro en castellano es 'El Gran Libro del Vermut' Ha publicado en Francia 'Prohibitons' y '101 Cocktails'. Lleva el blog Bottoms Up en dos idiomas y escribe para Coctelería Creativa. Es también traductor.



World Cocktail Week #6: V.O.C.

A ce stade, si vous avez suivi la World Cocktail Week sur Bottoms Up, vous aurez compris que je ne vais pas de recettes en recettes en suivant un plan préétabli mais bien que chaque nouveau cocktail découle d'une sorte de divagation personnelle. Tel ingrédient me fait penser à tel autre, telle saveur à telle autre, etc. Il y a deux jours, je causais Swedish punsch et Compagnie des Indes. Hier, on parlait de spiritueux du nord de l'Europe. Eh bien aujourd'hui, quelle surprise on va rester dans le nord (genièvre) et on va ressortir le punsch... On gardera même le Lillet.

WCW Cocktail #6: le VOC

Si la Suède avait donc sa S.O.C., les Néérlandais avaient la V.O.C. (Vereenigde Oost-Indische Compagnie), la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. Elle importait bien entendu de l'Arrack d'Indonésie (base du Swedish punsch, pour ceux qui regardaient par la fenêtre il y a deux jours) et avait son siège social à Amsterdam, l'un des hauts lieux du genièvre. Voilà pourquoi, lorsqu'il créa un cocktail comportant ses deux ingrédients, Matt Piacentini du Beagle de New York décida de lui donner en guise de nom cet acronyme bien batave. L'histoire n'explique pas le lien entre le Lillet ou l'Angostura et la V.O.C. mais on comprend aisément que Beagle n'ai pas opté pour un nom aussi lumineux que V.O.C through the West Indies grapevine. Bref.

Il y a deux recettes pour le V.O.C.: une pour ceux qui ont du punsch et une autre pour les malheureux qui n'en ont pas.

  • 1,5 oz de genièvre
  • 1 oz de Lillet
  • 3/4 oz de Swedish Punsch
  • 1/2 oz de jus de citron
  • 1 trait d'Angostura

Si vous n'avez pas de punsch, Piacentini suggère de faire passer le citron d'un demi once à 3/4 d'once et de remplacer le punsch par 1/4 d'once de rhum (Smith & Cross fonctionnant particulièrement bien, il faut quelque chose de puissant) et 1/4 d'once de sirop simple

Au shaker, sur glace. Bien agiter, verser dans un verre à cocktail "up" et garnir d'un twist de citron.

Je l'ai déjà dit, mon Swedish punsch de Forgotten Flavours est moins sucré qu'un punsch classique. Je l'ai encore remarqué cette fois-ci: l'amertume finale était assez gênante. A part ça, c'est un cocktail assez complexe avec une nette présence du genièvre même si c'est l'orange du Lillet qui domine. En rajoutant deux traits de sucre, le cocktail s'équilibre, l'amertume est toujours là mais elle marque moins le final. C'est alors le vin fortifié qui ressort ainsi que les notes épicées du punsch. La recette alternative au rhum est assez différente. Il s'agit ici toujours d'un cocktail complexe, mais le genièvre s'efface et malgré la petite quantité utilisée, le rhum laisse sa marque. Il faut souligner une fois de plus que le Smith & Cross n'est pas un rhum qui se fait oublier dans un coin. Les deux versions sont intéressantes, celle au punsch un peu plus difficile peut-être et celle au rhum plus immédiate et fumée.

François Monti est journaliste spécialisé en cocktails et spiritueux. Il collabore régulièrement à Ginger Magazine et à Havana Cocteles, ainsi qu'à de nombreuses publications. Après la pamphlet 'Prohibitions' en 2014, il publie au printemps 2015 '101 Cocktails'. En Espagne, il est l'auteur de 'El Gran Libro del Vermut'. Il est aussi traducteur. Son blog, Bottoms Up, est un site de référence. Il est aussi membre fondateur de la revue littéraire Fric Frac Club et a traduit plusieurs livres.

*

François Monti es un periodista y escritor belga afincado en Madrid. Colabora en la revista francesa Ginger y en la web Havana Cocteles. Su primer libro en castellano es 'El Gran Libro del Vermut' Ha publicado en Francia 'Prohibitons' y '101 Cocktails'. Lleva el blog Bottoms Up en dos idiomas y escribe para Coctelería Creativa. Es también traductor.



World Cocktail Week #5: Turf War

Puisque le Swedish punsch d'hier nous a mené en Scandinavie, quoi de plus logique, en ce cinquième jour de World Cocktail Week, que de rester dans le coin et essayer un cocktail à l'aquavit? Ma première rencontre avec l'aquavit est assez récente; elle ne fut pas très agréable: ayant acquis quelques jours plus tôt une bouteille d'Aalborg Akvavit, mon attention avait été attirée par une recette de old-fashioned (miel à la place du sucre, bitters de pamplemousse, etc). Imbuvable. J'ai heureusement eu l'occasion depuis de boire l'une ou l'autre concoction préparées avec cet alcool de carvi et je suis heureux d'annoncer qu'elles n'ont pas fini dans l'évier. Mais je ne pense pas que s'approche le jour où je m'enverrai des shots d'aquavit, rincés ou non à la bière, swedish style.

World Cocktail Week #5: le Turf War

Il y a à New York un bar sympathiquement nommé Vandaag (aujourd'hui en néerlandais) qui met en avant un certain nombre de produits du nord de l'Europe (la partie qui n'est pas encore en faillite). Bière, gin, genièvre et (donc) aquavit forment les quatre catégories principales de la carte des cocktails. Je ne sais pas à quelle lutte territoriale (Turf War) Katie Stipe pensait lorsqu'elle a nommé sa création, mais l'on dira que les ingrédients réconcilient nord et sud de l'Europe sans aucun désaccord et sans aucune faillite à l'horizon. L'avenir, je vous le dis, est rose tant qu'on passe par la booze...

  • 2 oz d'aquavit
  • 3/4 oz de Lillet blanc
  • 1 barspoon de maraschino
  • 1 trait d'absinthe
  • 1 trait de bitters d'orange

Sur glace, à la cuillère, au verre à mélange. Servir "up" dans un verre à cocktail rafraichi et garnir d'un twist de citron et d'une olive.

Les plus perspicaces auront remarqué qu'il s'agit d'une recette d'inspiration classique, elle pourrait sortir d'un livre du 19e siècle: marasquin, absinthe et bitters utilisés en très petites touches, vin fortifié... Le Lillet rend l'aquavit un peu plus rond, les autres ingrédients donnent plus de profondeur et de complexité. C'est un apéritif extrêmement plaisant, une alternative au sempiternel Martini d'avant dîner.

François Monti est journaliste spécialisé en cocktails et spiritueux. Il collabore régulièrement à Ginger Magazine et à Havana Cocteles, ainsi qu'à de nombreuses publications. Après la pamphlet 'Prohibitions' en 2014, il publie au printemps 2015 '101 Cocktails'. En Espagne, il est l'auteur de 'El Gran Libro del Vermut'. Il est aussi traducteur. Son blog, Bottoms Up, est un site de référence. Il est aussi membre fondateur de la revue littéraire Fric Frac Club et a traduit plusieurs livres.

*

François Monti es un periodista y escritor belga afincado en Madrid. Colabora en la revista francesa Ginger y en la web Havana Cocteles. Su primer libro en castellano es 'El Gran Libro del Vermut' Ha publicado en Francia 'Prohibitons' y '101 Cocktails'. Lleva el blog Bottoms Up en dos idiomas y escribe para Coctelería Creativa. Es también traductor.



Et on en fait quoi, du Beefeater 24?

Certaines semaines sont plus dures que d'autres, moins le temps pour expérimenter et écrire. Je n'hésite donc pas à vilement profiter de la semaine Beefeater d'Extraterrien pour proposer deux recettes pour le Beefeater 24, à mon sens plus beau produit de la gamme -- je ne suis pas très amateur du Beefeater normal, je dois dire. Vous allez dire que je suis un peu paresseux car en plus de piquer le thème à un autre, les deux cocktails qui suivent sont des signature drinks Beefeater 24 et non des concoctions trouvées et testées au cours de pérégrinations virtuelles ou physiques. Mais elles sont belles et distinctes, ces recettes, et répondent d'une certaine façon à ceux qui se plaignent que je présente uniquement des boissons rougeâtres et plutôt sèches et / ou amères. Dans les deux cas, il s'agit de cocktails que vous pouvez offrir sans peur au vandale qui débarque chez vous et vous dit "c'est que moi, tu vois, les alcools, c'est un peu fort". Civilisez le barbare dans vos connaissances.

*

Commençons, à tout seigneur tout honneur, par le twist Martini imaginé tout spécialement par Dan Warner, le global brand ambassador de Beefeater pour le 24 et très originalement nommé le 24 Martini. Mr. Warner remplace le vermouth par du Lillet (apéritif bordelais, comme l'Extraterrien, tiens...) et le twist de citron par un twist de pamplemousse qui permet de jouer sur ses notes très présentes dans le gin. Plus léger et moins sec qu'un "vrai" Martini, c'est une très belle variation que je pensais vous présenter dans un article sur Les autres Martini qui devait suivre le Martini Showdown d'il y a quelques mois. Hélas, mille fois hélas, je n'ai pas pris le temps de m'y mettre. La vie...

* 2 parts de Beefeater 24 * 1 part de Lillet blanc * 2 ou 3 traits de bitters d'orange Au verre à mélange, sur glace, bien remuer à la cuillère, verser dans un verre à cocktail et décorer d'un zest de pamplemousse.

*

Du Londres de Warner passons au Santa Fé de Chris Milligan et à son Basil-ica. Comme son nom l'indique, le basilic joue un grand rôle et si on peut avoir peur d'un côté trop sucré (sirop + St Germain), les bitters redressent la balance même si, au final, l'ingrédient essentiel est le jus de citron. Il faut, pour bien faire, un bon citron bien acide. Sinon, c'est la cata et même diminuer la quantité de sirop ne vous sauvera pas. Mais avec les bons ingrédients, le cocktail est plutôt excellent et, comme toujours, basilic + citron, c'est un combo de winner.

* 4 parts de Beefeater 24 * 1 part de sirop simple * 1 part de St Germain * 1 part de jus de citron * 1 trait de bitters d'orange * 1 trait de Peychaud's * 4 feuilles de basilic Dans un shaker, ajouter le citron, le sirop et le basilic. Piler sans trop forcer, ajouter le reste des ingrédients et remplir des glaçons. Agiter un bon coup. Verser dans un verre à cocktail en double-filtrant (sauf si vous aimez voir des morceaux de basilic flotter à la surface). Garnir d'un twist d'orange.

François Monti est journaliste spécialisé en cocktails et spiritueux. Il collabore régulièrement à Ginger Magazine et à Havana Cocteles, ainsi qu'à de nombreuses publications. Après la pamphlet 'Prohibitions' en 2014, il publie au printemps 2015 '101 Cocktails'. En Espagne, il est l'auteur de 'El Gran Libro del Vermut'. Il est aussi traducteur. Son blog, Bottoms Up, est un site de référence. Il est aussi membre fondateur de la revue littéraire Fric Frac Club et a traduit plusieurs livres.

*

François Monti es un periodista y escritor belga afincado en Madrid. Colabora en la revista francesa Ginger y en la web Havana Cocteles. Su primer libro en castellano es 'El Gran Libro del Vermut' Ha publicado en Francia 'Prohibitons' y '101 Cocktails'. Lleva el blog Bottoms Up en dos idiomas y escribe para Coctelería Creativa. Es también traductor.